CCOCB

Confrérie des Chevaliers de l' Ordre de la Cravache Beaurinoise
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Une Confrérie sous la loupe ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lambi
Commandeur
avatar

Nombre de messages : 3363
Age : 44
Localisation : In the heat of the City
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Une Confrérie sous la loupe ...   Jeu 26 Juil - 0:19

Création : Janvier 2002

Siège / Contacts : Laurent TITEUX, rue du Point d'Arrêt – B. 5555 Bièvre
(ou) Jean-Charles COLLIN, 16 rue de Bellefontaine- B. 5555 Bièvre

Site : http://www.prajy.be/

Origines historiques :
La fondation d'une ville neuve qui ne va pas au-delà de la gestation. En effet, Saint-Hugues, à l'époque abbé de Mouzon, déclare qu'il veut fonder une nouvelle cité qui jouira du Droit de Beaumont et dont les revenus seront partagés avec l'évêque de Liège qui en accepte d'ailleurs le titre de protecteur. L'abbé fait donc édifier une église à un kilomètre au sud de la ferme de Prâjy, sur le territoire de Bièvre ; le lieu s'appelle d'ailleurs « Vieille église ». Un four et un moulin banal lui sont adjoints… et puis plus rien ne sera jamais construit. La ville rêvée était mort-née. Il faut dire que Saint-Hugues n'était plus là pour poursuivre l'élan créateur. Il partait
prendre la tête de l'abbaye de Cluny et travailler à la réforme de l'Église.

Les bâtiments ont continué à exister à Prâjy, jusqu'au début du XXème siècle et le promeneur pourra encore tomber là-bas sur quelques vestiges.

Buts actuels :
• être gardien des traditions de la région (le « croupion » de la province de Namur) et dupatrimoine,
• avoir grand honneur de son accueil et de sa convivialité,
• permettre aux membres d'acquérir un savoir dans les techniques vinicoles, gastronomiques et gustatives,
• développer autour des produits de bouche des activités festives pour le plus grand nombre.

Produits défendus :
Le Vin de Pissenlit (résultat d'une heureuse macération) et la « Vôte au gras lard ».

Composition de la confrérie :
Composée des « Citoyens », elle est dirigée par le Conseil : Lu Mayeûr, Lu Quêteû, Lu Sicrihjeû, Lu Stritcheû, Lu Cûjheû, Lu Bèdot, Lu Cordéonneû. Les aspirants sont nommés les pullus dont le pendant féminin est pullis. Les membres n'ayant point habité au moins trois fois 7 mois dans la commune sont les Ambassadeurs.

Tenue : Longue toge brune et noire pour rappeler les origines monastiques.
La médaille de forme ronde représente une chapelle du Moyen-Âge en arrière-fond (le premier monument du village) et un pissenlit en fleur, symbole d'un des produits.

Date et lieu du chapitre :
Le 3ème week-end d'octobre les années paires. Il y a aussi un petit chapitre le 3ème week-end de janvier, à la date anniversaire de la
« fondation » de la « Bourgade ».

Titre des intronisés d’honneur : Compagnon.

Qu’est la « vôte au lard » ?
Une vieille tradition culinaire de nos contrées gallo-romaines dont on trouve une première trace écrite au XIVème siècle chez mon ami Taillevent (Guillaume Tirel) dans son Viandier (Taillevent peut se targuer d'avoir été le premier « queu » anobli et d'avoir sa tombe surmontée d'un gisant de chevalerie) et dans le Mesnagier de Paris, oeuvre d'un bon bourgeois qui venait d'épouser une jeune fille beaucoup plus jeune que lui (chouette !) et voulait lui apprendre à tenir sa maison. Ces gens parlent de « crespes », entremets qui portaient en patois wallon, lorrain, champenois et jurassien le nom de « vêtes » dont l'étymologie est latine, à savoir le participe passé du verbe voltere = voltum qui signifie « tourné, retourné ». Le mot « crêpe », lui, a été créé par analogie entre le produit cuisiné et le fameux tissu qui portait le nom.
La vôte se rapporte donc à l'opération périlleuse de fin de cuisson, lorsqu'il s'agit de remplacer « pile » par « face » et cette opération n'en est que plus aisée si votre vôte est plus « troussante que filante ». Aussi faudra-t-il veiller à la rendre robuste. Taillevent en disait : « Moyeux et aubuns d'oeufs et de fleur battus tous ensemble ». Il s'agit donc de l'union entre les oeufs, le froment, et de divers accommodements, et le génie tient à ne pas y ajouter trop d'eau sous peine de la voir devenir inconsistante.
Dans nos Ardennes, ces espèces de crêpes étaient associées à la Chandeleur qui, en réalité, est une fête païenne récupérée par l'Église catholique, des Lupercales où l'on fêtait Pan le 15 février. Jadis, dans nos campagnes, comme le froment était rare, on les réalisait avec du sarrasin (le blé noir) et on les appelait berdelles . Elles se faisaient aussi à l'avoine.
Chez nous, elles ne sont pas sucrées… Jugez plutôt.

Il vous faut des oeufs (dont on peut battre les blancs pour plus de légèreté), de la farine de froment, du lard gras, du lait ou de la crème fraîche.
Faites fondre le lard dans une poêle afin d'en extraire une part de graisse, mais en veillant à ne pas le rendre croustillant. Réservez les morceaux.
Battez vos oeufs avec la farine et la crème en veillant à ne pas avoir une texture trop liquide.
Versez une louche dans la graisse de lard, ajoutez quelques morceaux du lard gras semi-fondu.
Dès que le « cul » est bien saisi, retournez pour avoir la « tête » de même.

Diététique cela ? Mes grands-parents qui en mangeaient beaucoup pendant l'hiver en recevaient de bénéfiques effets et n'ont jamais connu le cholestérol. D'ailleurs, ils sont morts en bonne santé…alors on s'en fout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une Confrérie sous la loupe ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sous la loupe ,la 357
» Tindouf sous la loupe
» [ASTUCE] Optimiser la durée de la batterie sous Android et le HD2
» [TUTO] Configurer ses boite mail free et hotmail sous SFR
» Mise sous tutelle des S.D.F.???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CCOCB :: Autres confréries sympathiques-
Sauter vers: